- Les gastronomes trotteurs 

Quelques jours à Windhoek

 

Depuis mercredi 25 Juillet, nous avons pu découvrir une partie de la capitale namibienne grâce à nos hôtes Pedro et Franz. Pas le temps de se reposer, à peine débarqués en ville, nous voilà parti à la découverte de la Katutura, township au nord de la capitale. 

 

Au programme, découverte des marchés locaux, mais surtout, petite session de dégustation des Kapana (shop de barbecue dans les marchés). Le braai, est une institution en Namibie ainsi qu'en Afrique du Sud. C'est l'équivalent de notre BBQ.

 

Cependant, la différence notable est que la viande est prélevée sur la carcasse qui se trouve derrière le vendeur et est directement cuite sur le feu. Pas de manière dans ces petits stands, on mange directement la viande sur le feu, en la prélevant avec ses petits doigts ! Devant vous se trouve une assiette avec du sel, du chili ainsi qu'une autre épice pimentée (wambo spice) dont raffolent les namibiens. Il vous appartient alors d'assaisonner votre viande comme bon vous semble. 

Nous avons ensuite entamé notre digestion avec une belle balade dans les ruelles de la Katutura, nous avons pu voir sécher les traditionnels "biltongs" viande assaisonnée et séchée au soleil, un met très apprécié des locaux que nous avons également dégustés, un vrai régal !

 

Une autre spécialité en Namibie est la bière. Celle-ci est consommée à toute heure de la journée (et parfois très tôt le matin). Deux marques sont leaders sur le marché namibien; la Windhoek et la Tafel. Ce sont des bières légères et savoureuses, qui désaltèrent lors de forte chaleur (oui même en hiver il fait chaud ici !). 

 

 

 

Le lendemain, rendez-vous à N.I.C.E (Namibian Institue of Culinary Education). Nous avions pris contact avec eux avant notre départ pour mettre en place un échange franco-namibien autour de la cuisine. 

Nous avons pu échanger sur notre projet et sur ce que nous pourrions apprendre et leur apprendre. Nous avons ensuite visité les locaux. Pour le déjeuner, nous avons été conviés au restaurant d’application, nous nous sommes régalés !

Le vendredi matin, nous avons passé la matinée en cuisine, nous avons préparé l’entrée et le dessert. Midi sonne l’heure du service, au menu : la traditionnelle soupe à l’oignon gratinée, meat game steak (gibier, ce jour c’était de la viande d’oryx) accompagnée de speatzle (petites pates allemandes) et de légumes sautés. Pour terminer la classique crème au caramel renversée ou une bavaroise à l’orange. Nous avons servi 25 convives.

 

 

Pendant le weekend, nous avons pu passer une journée à la découverte de la cuisine locale. Nous sommes donc allés, accompagnés d'Elias (le chef des cuisines de NICE), au quartier de la Katutura appelé Havane déguster les plats cuisinés dans la tradition par sa sœur qui y tient un restaurant.

 

 

Comme amuse bouche, nous avons goutés ces petites chenilles, les Mopane worms. Celles-ci sont ramassées pendant la saison des pluies (en décembre) sur les mopanes, un petit arbre d'Afrique, puis sont séchées pour être conservées. Pour les préparer, Emilie, la sœur d’Elias, les a fait revenir dans une poêle avec un peu d’eau, les a assaisonnés de poivre, de sel et de chili. Une fois bien ramolli, elle a ajouté de l’huile pour les faire revenir. Résultat : pas si mauvais. C’est à la fois croquant et un peu fondant. Cependant, ca devient un petit peu écœurant, donc nous n’en avons pas abusé.

 

 

 

Puis est venu le temps de la préparation du poulet, appelé « Marathon chicken » (les poulets courent en toute liberté à travers les jardins, ils sont donc assez « athlétiques » mais aussi un peu durs en bouche !). Une fois vidé et coupé en morceau, le poulet est mis en cuisson (environ 2h) avec un peu d’eau. Durant le temps de la cuisson, les accompagnements sont préparés : des haricots blancs écrasés "oshingali" et des épinards "evanda" qui sont conservés séchés ainsi que des tomates et des oignons. Les épinards sont récoltés dans le nord du pays où le sol est sableux, donc ça croustille sous les dents ! Et bien sur le traditionnel porridge réalisé avec de la farine de "mahangu" (du millet) appelé Pap. Pour terminer le poulet, Emilie à ajouté une pâte de noix appelée "onjove" ainsi que de la cebette fraîche.
La surprise est que l'on mange avec ses doigts ! Une immersion totale dans la culture locale. 

 

 

 

Nous avons rattaqué la semaine en cuisine. A 7h nous commençons à nous activer aux fourneaux car nous avions en charge la réalisation du déjeuner.
Au menu, volaille farcie aux algues nori, légumes croquants et spaghetti avec une sauce aux champignons. Puis en dessert, un succulent baba au rhum garni d'une marmelade d’orange et d'une chantilly parfumée à l’orange.

 

 

Ce fût l’occasion pour nous de partager nos connaissances et notre savoir-faire en dévoilant quelques petits secrets de fabrication. Après leur avoir montré la manière de dresser les assiettes, nous les avons laissés en autonomie afin qu’ils mettent en application cette matinée d’échange.
C’est un moment enrichissant pour tous, car nous avons pu échanger sur nos expériences. Mais c’est surtout un plaisir de voir des élèves impliqués et attentifs.

 

 

Une nouvelle semaine d'échange est prévue avec l'école en septembre. Au programme, l'élaboration de plats franco-namibien. 

 

Share on Facebook
Please reload

  • Gris Facebook Icône
  • Gris Icône Instagram
  • Gris Icône YouTube